Qui sont donc ces pèlerins, chaque année plus nombreux à se lancer sur le plus mythique des itinéraires de randonnée ? Réponse dans la trentaine de portraits, brossés d'une plume alerte dans un beau livre tout neuf. A dévorer comme un roman d'été.

«Ils ont fait le chemin de Compostelle», c'est le titre tout simple du livre de Mathilde Giard, journaliste spécialisée dans le voyage. L'ouvrage regroupe 28 témoignages de Français qui expliquent pourquoi ils ont un jour pris un jour leur bâton de pèlerin.

Ce sont de grands marcheurs devant l'éternel. Soit Compostelle manquait à leur palmarès. Soit ils y reviennent régulièrement, au point d'en faire leur destination de vacances numéro 1. On trouve aussi nombre de personnes «en rupture», venues exorciser le chagrin qui a bouleversé leur existence.

Et puis il y a tous les autres. Ceux qui partent en quête spirituelle en solo, à deux ou entre amis, voire en tribu avec une ribambelle d'enfants. Ceux qui cherchent à ralentir le rythme d'une vie à 100 à l'heure ou simplement à passer des vacances différentes… Ce sont des croyants, des curieux, des amateurs d'aventure, des routards, des jeunes, des seniors. Bref, des gens comme vous et moi.

11% de plus de jacquets chaque année

Mathilde Giard n'a eu aucun mal à trouver sa trentaine de témoins. «J'ai commencé par interroger mon entourage et je me suis vite rendu compte que tout le monde connaissait quelqu'un qui avait fait tout ou partie de la route».

Depuis les années 1990, cette marche au long cours est à la mode. Les jacquets des temps modernes sont en constante augmentation (11% par an). L'an dernier, 262 515 ont été enregistrés par le Bureau d'accueil des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Et ce chiffre ne prend en compte que ceux qui arrivent au terminus.

Car beaucoup se contentent d'un petit bout de chemin. Quitte à rempiler autant de fois que nécessaire pour en découvrir l'intégralité. Ou juste pour l'envie de couper avec le quotidien. Comme ce groupe de copains lors d'un pont de l'Ascension, 4 jours et 89 km de crapahut, du Puy-en-Velay, (Haute-Loire) à Aumont-Aubrac, (Lozère). C'est le plus petit format raconté dans le livre. Le plus long, 1950 km d'une seule traite entre Aix-les-Bains (Savoie) et Saint-Jacques de Compostelle, ayant été parcouru en 40 jours seulement par un internaute ultra-traileur qui, chaque soir, relatait sa journée sur les réseaux sociaux.

«Premier itinéraire culturel européen»

Pour un peu, ces 28 histoires très complètes, de la naissance du projet à sa réalisation en passant les motivations, la quête, la préparation, donneraient des fourmis dans les jambes. Qu'à cela ne tienne. A la fin du livre, on trouvera tout ce qu'il faut pour s'organiser. Des conseils, des renseignements pratiques, la présentation des quinze étapes incontournables entre Le Puy-en-Velay (top départ d'un des quatre chemins français) et le Cap Finisterre galicien. Mais aussi quantité de précisions historiques, statistiques, sociologiques, linguistiques. Y compris un quizz d'une trentaine de questions sur cette voie extraordinaire, en ouverte en 813 par le roi Alphonse II. En 1987, les chemins de Compostelle ont été définis comme «Premier itinéraire culturel européen».

La respiration par le ventre : la clé de la gestion du stress

Pour calmer votre stress et vous détendre, respirez par le ventre.

Vous pensiez respirer par le ventre ? Peut-être… ou peut-être, comme une majorité de femmes, utilisez-vous la cage thoracique. Une respiration superficielle, qui permet certes de rentrer le ventre, mais pas de chasser le stress ! La respiration ventrale est pourtant la clé de voûte de toute relaxation réussie, pour un esprit zen dans un corps zen

Lire la suite...

Comment booster son ego en prenant soin de soi ?

Pas question de tomber dans un hypernarcissisme propre à l’époque, mais plutôt d'optimiser son ego en se faisant du bien, et de savoir s’aimer pour cheminer vers la sérénité intérieure. Leçon d’autobienveillance.

«Le problème n’est pas d’être narcissique puisque tout le monde l’est, tout dépend de comment on l’est», résume Jean Cottraux, psychiatre et membre fondateur de l’Académie de thérapie cognitive de Philadelphie, dans son dernier ouvrage, Tous narcissiques, I Love Myself, (éd. Odile Jacob).

Lire la suite...

Ces erreurs commises au réveil et qui ruinent notre journée

Et s'il suffisait de changer quelques mauvaises habitudes pour se garantir une bonne journée ? 

Appuyer sur "snooze"

Comme une majorité de Français, vous repoussez le réveil chaque matin en appuyant sur la touche « snooze » afin de vous réveiller progressivement. Erreur. Psychologiquement le réveil paraît plus facile mais en réalité il n'en n'est rien, au contraire.

Lire la suite...