C'est en 1983 que j'ai contracté sans le savoir cette maladie et seulement en 1986 qu'un médecin ayant des connaisances tropicales l'à découverte.

Ce récit n'est pas un réquisitoire envers l'univers médical mais plutôt reconnaître les malentendus de cette profession si magnifique.

En mai 1983 étant en vacances sur l'Atlantique, j'ai découvert sur la jambe une piqure ressemblant à un moustique, qui en 2 ou 3 jours est devenu migrant et avec une consistance très dure d'un diamètre de 7 à 9 centimètres de couleur rose et violacée en pourtour. Sans y apporter plus d'importance que cela étant habitué à ce que les moustiques me laisse de très grandes auréoles.

"J'insiste sur la consistance très dure car c'est extrêmement important, même pour ceux qui la contracte maintenant."

Les premiers symptômes primaires ont eu lieu en août de la même année avec des vomissements sans explications ainsi que des maux de tête.

Lors des mois qui ont suivis les symptômes sont devenus récurrents avec des douleurs abdominales diffuses mais supportables.

A ce moment la, en consultation auprès de mon médecin généraliste cela l'a laissé dubitatif, sans lui expliquer ce qui s'était passé au printemps précédent (ayant fait l'impasse sur le côté migrant et consistance très dure).
Un traitement de base lié à quelques adjuvants était prescrit, il ne voyait pas d'explication plausible.

A partir de 1984 je suis entré dans une phase de complications, perte de poids de 15 kg, consultations diverses et variés (hôpitaux, spécialiste en tout genre), étant en profession indépendante j'entrais dans une période d'inquiétude, car ayant une famille j'entrevoyais les choses de manière réaliste. Cette phase secondaire était encore supportable.
Mon medecin généraliste était dubitatif !!!

En 1985, les gros symptômes de phase 3 ont commencés, problèmes méningés, cardiaques, mangeant peu, visites répétés spécialistes médicaux, hôpital départemental, on commençait à me dire que tout cela était psychosomatique, mais chaque spécialiste dans sa fonction voulait intervenir pour une raison ou une autre, opération intestin, ponctions diverses, radio cerveau ...
J'alternais les visites en urgence, les stades compliqués avec perte de repères, pertes d'équilibre, les visites chez toutes sortes de personnes me permettant d'éclairer mes lanternes.
Cela devenait très compliqué de continuer ma profession ayant régulièrement des vertiges, des problèmes méningés et cardiaques (le coeur qui s'emballait régulièrement au point de perte de connaissance), et toujours rien en ce qui concerne le moindre indice permettant un diagnostic viable.

Tout le monde compatissait à mon sort "psychomatique" sans me donner l'ombre d'une solution, même mon entourage commencait à douter de ma normalité.

Je le répète, ce n'est pas un réquisitoire envers la profession médicale, mais je me désole que chaque spécialiste reste confiné dans sa partie sans prendre en compte les observations des autres, chacun voulant que le patient devienne son patient !!!

A leur décharge, au début n'ayant pas fait spécifiquement la vraie différence entre une piqure de moustique et la surface très importante (de 8 à 10 cm) et surtout je le répète très dure dans mon cas de cette piqure de tique (appelé érythème), cela aurait peut-être duré moins longtemps, sachant que j'ai été recensé le 3e cas connus par l'institut Pasteur en 1986, année ou on me l'à découverte.

Mon medecin généraliste étant toujours dubitatif !!!

Ce laps de temps en recherche, et ne restant pas inactif, (franchement je ne croyais pas ce que l'on me disait à chaque visite ou consultation quelque soit le medecin), après discussions vers différentes personnes et propositions pour en sortir, après conseil d'une connaissance jai consulté un medecin en région Parisienne connaissant entre autre les maladies tropicales, sans y croire plus que cela (La côte Atlantique n'est pas en Afrique...), sans être aller pendant toute cette période hors de nos frontières.

Après cette visite et l'interrogation de ce medecin lui ayant retracé tout le parcours médical et les solutions proposées, je le sentais suspicieux, plusieurs examens ont eu lieu reprenant certains déjà fait pour vérification, la 2e visite l'à été pour une sérologie complète sur toutes les maladies tropicales de la planète et notamment la Borréliose de lyme.

En avril 1986, la maladie de Lyme était confirmé avec un taux très important de Spirochètes (Les Spirochètes définissent une famille de bactéries comprenant trois genres différents (Borrelia, Leptospira, Treponema)) ne permettant aucun doute.

Un traitement de cheval fut administré pendant 3 mois sous forme de pennicyline 1 000 (les traitements actuels n'existaient pas), renouveler l'année suivante pour 9 semaines et renouveler en 1988 7 semaines. Les renouvellements ont apportés un plus indispensables à la résorbption à peu près total de mon état.

Le grand vainqueur de cette période est mon medecin généraliste qui à toujours été "dubitatif" des propositions de ses confrères spécialistes (sans excès), je l'en remercie encore à ce jour.

Le résultat de tout cela si je devais donné mon avis, est que j'estime de fàçon sans réserve l'action de ce corps médical, j'ai à d'autre occasion eu le loisir de m'en apercevoir, mais chacun devrait en son fort intérieur être humble de l'exercice de cette profession si magnifique, et ne pas se prévaloir d'un résultat coûte que coûte, nous n'en sommes encore qu'aux prémices des découvertes ...

Nous devons respecté ce système de santé au service de chacun, (les hopitaux publics sont tèlement décriés) mais en aucun cas exclusif à chacun.

Je remercie aujourd'hui un professeur de gastro-entérologie (d'un important hôpital), après l'avoir consulté en 1985 pour les symptômes et ayant signalé ultérieurement que le diagnostic de Lyme était confirmé, il s'est excusé de n'avoir pu faire le nécessaire à ce moment là. Magnifique geste de rétrospection, j'ai beaucoup apprécié ce geste personnel de celui-ci prenant de son temps si précieux pour m'appeler.

A ce jour avec un âge certain, des inconvénients liés à cette maladie perdurent, arthrite, douleurs articulaires, douleurs membres, mais aucun ne m'interdit à ce jour de satisfaire à des activités sportives et de longues randonnées.

J'en retirerais de cette période un sentiment partagé, sachant qu'il n'y à rien de plus formidable que cette profession, attendant plus de considérations médicales et moins de certitudes.

Je suis également éberlué qu'à ce jour les mêmes erreurs concernant cette maladie continuent, (connaissant des cas actuels) sachant qu'il vaut peut-être mieux dans le doute  effectué un traitement pour rien (en 3 ou 5 semaines dans la majorité des cas le problème est résolu), plutôt que s'enfermer encore dans son sacro-saint pouvoir et savoir médical, et condamner certaines personnes en errance dans un parcours du combattant dont personne ne sort gagnant.

 

Pour toutes celles et ceux qui contractent cette maladie à ce jour, les connaissances sont censées s'être enrichies, tout en sachant que pour bien diagnostiquer la Borréliose de Lyme les paramètres précis d'un erythème migrant sont capital : piqure, suivi d'une rougeur qui s'étant concentriquemet avec une sensation très ferme du derme, mais qui disparaît dans un délai relativement court, au risque de passer à côté du diagnostic. Maintenat ce devrait être une maladie bénigne.
Il est extrèmement important d'y donner suite médicalement dans les meilleurs délais. Dans le cas d'un médecin réticent, en ce qui me concerne je n'ai jamais hésité à passer outre.
Les outils téléphoniques actuels photographiques seront très utiles à cette précision.

Merci a ce médecin parisien qui à eu la présence d'esprit ou ce 5e sens pour aller faire un test de celle-ci en 1986, prémice d'une extension géographique de cette maladie.

Jm T

Des centres spécialisés existent : Villeneuve-Saint-Georges (associé au CHU de Créteil) (94), le CHU de Strasbourg (associé au CHU de Nancy) (68), le CHU de Rennes (35), le CHU de Clermont-Ferrand (associé au CHU de Saint-Étienne) (63) et le CHU de Marseille (13).
14 CRMVT centres de compétences sont labellisés : CHU Angers 49, Brest 29, Caen 14, Nantes 44, Poitiers 86, Rouen 76, Tours 37 ; Hôpitaux de La Rochelle 17, La Roche s/ Yon 85, Lorient 56, Orléans 45, Quimper 29, St Brieuc 22 et Vannes 44.

Histoire de cette maladie (source Wikipédia)

En 1909, un dermatologue suédois (Afzelius) décrit médicalement une lésion cutanée qu’il nomme erythema chronicum migrans (ECM), consécutif à une morsure de tique4.

En France, à partir de 1922, Garin et Bujadoux décrivent des troubles neurologiques faisant suite à un ECM4.

En 1955, Binder prouve que cet érythème particulier est induit par un agent infectieux sensible à la pénicilline, et qu'il pense transmis par la tique Ixodes ricinus (on montrera plus tard que d'autres tiques sont également capables de transmettre des bactéries pouvant causer un ECM), mais il n'identifie pas l'agent microbien4.

En 1982, le professeur américain Burgdorfer, zoologiste, parasitologiste et bactériologiste initialement formé à Bâle, a cultivé des spirochètes prélevés dans l'intestin de tiques collectées en zone d'endémie de la maladie de Lyme, et il les a inoculé à des lapins. 10 à 12 semaines après, ces lapins ont développé un érythème migrant, ce qui a été le premier indice fort d'un lien entre ce spirochète et la maladie de Lyme5.

En 1983 des borrélies sont isolées dans le sang et la peau de victimes de la maladie de Lyme6,7.

La culture in vitro de ces spirochètes a ensuite permis des études bactériologiques plus fines, expérimentales, moléculaires et immunochimiques. Le spirochète fut en 1984 nommé Borrelia burgdorferi8, et on a compris qu'il en existait différentes variétés et espèces de borrélies provoquant des symptômes différents.

La respiration par le ventre : la clé de la gestion du stress

Pour calmer votre stress et vous détendre, respirez par le ventre.

Vous pensiez respirer par le ventre ? Peut-être… ou peut-être, comme une majorité de femmes, utilisez-vous la cage thoracique. Une respiration superficielle, qui permet certes de rentrer le ventre, mais pas de chasser le stress ! La respiration ventrale est pourtant la clé de voûte de toute relaxation réussie, pour un esprit zen dans un corps zen

Lire la suite...

Comment booster son ego en prenant soin de soi ?

Pas question de tomber dans un hypernarcissisme propre à l’époque, mais plutôt d'optimiser son ego en se faisant du bien, et de savoir s’aimer pour cheminer vers la sérénité intérieure. Leçon d’autobienveillance.

«Le problème n’est pas d’être narcissique puisque tout le monde l’est, tout dépend de comment on l’est», résume Jean Cottraux, psychiatre et membre fondateur de l’Académie de thérapie cognitive de Philadelphie, dans son dernier ouvrage, Tous narcissiques, I Love Myself, (éd. Odile Jacob).

Lire la suite...

Ces erreurs commises au réveil et qui ruinent notre journée

Et s'il suffisait de changer quelques mauvaises habitudes pour se garantir une bonne journée ? 

Appuyer sur "snooze"

Comme une majorité de Français, vous repoussez le réveil chaque matin en appuyant sur la touche « snooze » afin de vous réveiller progressivement. Erreur. Psychologiquement le réveil paraît plus facile mais en réalité il n'en n'est rien, au contraire.

Lire la suite...